dimanche 8 juillet 2018

La "Midwinter" à DDU

Il y a une tradition en Antarctique, c'est de fêter le solstice d'hiver que l'on nomme le "Midwinter". Cela concerne toute les bases en Antarctique.  
Pour notre part, durant le semaine du 21 Juin, nous avons peu travaillé. C'était plutôt une semaine de repos même si au final elle ne l'a pas été vraiment....nous avons dû continuer à veiller au bon fonctionnement de la centrale ainsi que les météos et les scientifiques qui en ont fait de même dans leurs travaux. 

Durant la "Midwinter", nous avons tous proposé des activités afin de nous divertir tout au long de la semaine tels que le Football sur la banquise, une chasse au trésor, une course du tour de l'île, un molky, un concours de pâte à sel, un blind test, ...etc.

Avant de commencer la "Mid" nous avons élu notre "Onzeta": c'est la personne qui a organisé la semaine et proposé des nouvelles règles (pour faire au plus simple de l'explication). Nous avons eu aussi l'élection de MissTa et de MisterTA, ce qui a été une bonne partie de rigolade...

Tous les repas du midi ont été préparés par une équipe de quelques personnes qui nous ont présenté une plat typique de leur région. Nous avons donc eu un repas Lyonnais, Aveyronnais, Auvergnat, Breton et Normand. De plus, chaque dîner avait un thème, nous avons remonté le temps durant toute la semaine en partant du "Futur" et en terminant par l'homme de "Cro-Magnon".

Nous avons passé un très bon "Midwinter" et cette semaine nous a permis de nous changer les idées et de passer des moments agréables (bon pour le moral!!!) car nous sommes en plein dans l'hiver.

Je vous laisse donc découvrir nos vœux ainsi que ceux de quelqu'une des autres bases.


"Midwinter"- DDU

"Midwinter"- Amsterdam Island

"Midwinter"- Concordia

d
"Midwinter"- Davis

"Midwinter"- Gough Island

"Midwinter"- Jangbogo

"Midwinter"- King Edwards

"Midwinter"- Palmer

"Midwinter"- Rothera Station 

mercredi 4 juillet 2018

Le "touche à tout" de DDU


"Cet article concerne un de mes collègues techniciens, il s’agit de Quentin Perret, le technicien polyvalent de Dumont D'Urville. Car oui vous êtes bien sur un blog de technicien et j'ai l'intention de vous présenter chaque personne de cette base.



Avant d'arrivée à DDU, Quentin est spécialisé dans la chaudronnerie. Il a passé un BEP métallerie, suivi d'un Bac STI chaudronnerie et BTS chaudronnerie. Il a continué sur une licence en coordination de projet et gestion de la sous-traitance mais n'a pas souhaité la terminer.Par la suite il a souhaité rentrer dans la vie active et a travaillé pendant 2 ans dans une entreprise de machinerie spéciale pour l’agro-alimentaire.


Un jour, il a eu envie d'autre chose. Et c'est à ce moment-là qu'il s'est dit qu'il devait partir pour changer son quotidien. Durant ses études il n'a pas eu l'occasion de partir à l'étranger, du genre Eramus ou autres... Il ne voulait pas faire comme tout le monde en allant par exemple en Australie dont il a eu beaucoup de récits. Il a donc recherché une expérience différente.

C'est alors que Eloi, le second centrale (il se connaisse déjà d'avant) lui a parlé de l'Antarctique. Il s'est renseigné à fond, regardé des reportages et des écrits... pour enfin se dire que c'était tout à fait ce qu'il recherchait. L'Antarctique n'a jamais été réellement un rêve d'enfance mais au fil du temps s'en est devenu un.

Au début il a postulé en tant que chaudronnier mais il n'a pas été retenu. Après ce refus il ne pouvait plus faire marche arrière, le projet était tellement ancré en lui, il ne pouvait pas s'arrêter au premier échec. Il y a eu un poste de technicien polyvalent c'est grâce à une amie qu'il l'a su que le poste s'était libéré. C'était le dernier poste pour l'hiver à la TA68. Il a été recruté en décembre 2017 donc c'est très rapidement après qu'il a du préparer ses affaires et est parti début Février 2018 pour la Terre-Adélie.

Être technicien polyvalent signifie qu'il fait tout ce qui n'est pas raccroché aux autres techniciens. Les techniciens en général ne sont pas voués à ne faire que leur métier à DDU. Il est peut-être une des personnes qui connait le mieux les petits recoins de la base.
Ce poste lui permet de voir autres choses et de sortir de son métier même s'il l'adore.

Depuis qu'il est arrivé, cette nature de l'Antarctique l'émerveille. Il s'attendait à être impressionné par le lieu mais ne se faisait pas d'idées.

L'après-DDU n'est pas encore fixé pour lui, il préfère vivre les moments présents et verra bien pour le futur.

Je remercie Quentin pour ce moment d'échange passé avec lui. Nous en vivons déjà beaucoup ensemble quand nous sommes à l'atelier mais je trouvais ça important de vous présenter un de mes collègues du bâtiment Siporex.

Je sais aussi que sa famille et ses amis suivent aussi mon blog et je pense qu'ils seront ravis de voir sa bouille."


Balade du tour de l'île en ski de fond avec notre menuisier

Châssis nouveau four réalisé par Quentin

Monocycle sur la banquise

Quentin en fond DDU

Quentin dans la place

Première pièce à souder

Réalisation d'une pelle en aluminium

mardi 19 juin 2018

Ornithologie en Terre Adélie par Delphine Ménard

Comme prévu, je vais cette fois-ci vous présenter une collègue ornithologue.

C’est donc Delphine Ménard qui s’occupe plus particulièrement des manchots Adélie et Empereurs à DDU. Elle est arrivée bien avant moi sur la base et était dans les premières de R0 étant venue en avion. Comment fait-on pour être ornithologue en Antarctique ?

Déjà, je pense que c’est une question de passion et c’est ce que j’ai ressenti le plus durant notre échange. Avant d’arriver ici, Delphine a fait une prépa puis une licence en écologie. Par la suite elle eut envie de prendre une année pour voyager et est parti en 
Nouvelle-Zélande. C’est durant sa première année de master à Rennes qu’elle a découvert l’Antarctique et les recherches qui sont menées là-bas.
Par ses stages dans le laboratoire de Chizé, lors de ses recherches sur les moineaux, elle a pu échanger avec des scientifiques sur la Terre Adélie. Elle s’est renseignée et a bossé à fond pour venir ici.
Par la suite, elle a refait des stages afin d'avoir plus de compétences, car en effet les scientifiques doivent être capables d'accomplir plusieurs tâches sur le terrain. C’est enfin en Mai 2017 qu’elle envoie sa candidature pour DDU. Coachée par sa famille, elle réussit à passer les examens. 
Pour cet entretien d’embauche les ornitho passent devant un jury de scientifiques et enfin d'être recruter: il faut avoir voyagé, aimer vivre en communauté, être travailleur et avoir de l’expérience sur terrain.

Manchots Adélies:
Cet été, le travail de Delphine était axé sur les manchots Adélies et la colonie d’Antavia. C’est une colonie très surveillée, le but est de récolter un maximum d'information sur la colonie afin d'analyser le développement des populations dans leur environnement. 
Qui sont-ils? A quelle fréquence reviennent-ils? Avec qui se reproduisent-ils? Quel est leur taux de reproduction?… Il faut savoir que plus les recherches sont longues et plus les données sont précises.
Il y a environ 2/3 de transponder (transponder veut dire pucer), avec un numéro unique qui permet de les identifier à vie. Cette année, à Antavia il y a eu environ 250 couples avec un taux de reproduction de moins de 25%, ce qui n'est pas une bonne année pour les manchots Adélies. 

Manchots Empereurs: L’hiver, elle travaille sur les manchots Empereurs. Globalement c’est les mêmes méthodes afin de connaître la population. Mais elle étudie surtout "l’acoustique" car c'est par le son qu'ils communiquent et se reconnaissent entre eux. 
La question scientifique est: Comment arrivent-ils à se reconnaître et est-ce que les chants veulent dire autre chose ? 
Il faut savoir qu’il y a des chants différents entre les femelles et les mâles. Ils arrivent à émettre 2 sons en même temps. Ils ont donc une bonne mémoire auditive. 
Les mâles jeûnent pendant 115 jours en comptant la période de pariade. En réalité, ils couvent pendant 75 jours environ pendant que les femelles vont chercher à manger en mer. Cette année, on compte environ 8500 manchots Empereurs sur la base (certains sont transponder)

Au final, toutes ces recherches repartent dans son laboratoire en métropole afin qu’elles soient étudiées.

Son but par la suite, elle ne le sait pas mais tout au moins elle souhaite continuer à travailler avec ses convictions et ses valeurs dans le futur.

Merci à Delphine pour m’avoir partagé son expérience et pris du temps pour mon article.



Arrivée des Manchots 

Couple d'Empereur

Couple d'Empereur 2

Delphine au milieu de la Manchotière en train de faire de l'acoustique

Delphine avec un Manchot Adélie

Delphine quand elle est sur le terrain 
Un empereur à l'écoute

Un Manchot Adélie et ses petits 

Un petit curieu

Zoom sur la colonie

En manip

En observation

Manchots Empereurs qui sortent de l'eau

Paysage vers la colonie de Manchots Empereurs 

Paysage

Un Empereur à l'écoute 2



lundi 18 juin 2018

Photos du mois de juin

DDU en 360°

Le ciel

Levé de soleil

Manchots empereurs

Moi quand je pelle

Paysage sur la base

Une nuit à DDU

mercredi 6 juin 2018

Les lieux de vie

Cette fois-ci je vais vous parler de nos lieux de vie commun. Notre logement s'appelle le bâtiment 42. L'été le 42 était complet mais depuis nous sommes 24 à loger dedans.

J'ai ma chambre perso, qui reste assez simple mais cela suffit amplement. Il faut savoir que c'est un bâtiment à un étage et je loge dans la partie la plus à gauche en haut de celui-ci. Dans ce bâtiment nous avons aussi l'hôpital avec son docteur (évidemment) et le bureau du Dista (responsable de la base).

En ce qui concerne les douches et les toilettes, elles sont communes. D'ailleurs nous avons, ce qu'on appelle un service base, un nettoyage quotidien afin de tenir les lieux propres. Nous avons environ 3 services par mois chacun et nous sommes en binôme durant ce service.
Nous devons aussi nettoyer le séjour, ce qui inclut faire la vaisselle, préparer la table et aider en cuisine.

Quant au séjour, comme j'ai pu vous dire dans mon article précédent, nous y avons actuellement un chantier de rénovation. Nous avons dû donc limiter la vie du séjour dans la pièce principale et quelques pièces annexes.
Il y a tout ce qu'il faut afin de se distraire, billard, baby-foot, bibliothèque, jeux de fléchettes, jeux de sociétés, etc... Nous y passons de long moments lorsqu'il fait mauvais temps mais surtout de très bons moments.

Je vous laisse maintenant découvrir ces lieux par photos.

A très bientôt,

Adrien

PS : le prochain article sera sur une collègue ornithologue et la présentation de son travail à DDU. 

Le séjour en 1er plan et le dortoir d'hiver à droite

L'entrée du 42 et son rack à chaussures























Ma chambre
Ma chambre #2
Le couloir en face de l'hôpital
L'entrée de l'hôpital
Le couloir du haut

L'entrée et le bar du séjour 

Vue sur le séjour
Vue sur le séjour #2
Vue sur le séjour et le bar
Vue depuis le bar
La laverie
La plonge